BAYEUX
Retour Saint Vigor dans l'ancienne cité  
De nombreux documents attestent l'existence de lieux dédiés à saint Vigor dans l'ancienne cité de Bayeux.
Pour résumer :
  • Paroisse de St-Vigor-le-Petit, appelée aussi St Vigoret et St Vigor du Pont Notre-Dame (source).
  • Eglise St-Vigor, dans la paroisse ci-dessus, existait déjà au 13è siècle. Elle fut vendue en 1794 puis détruite (source).
  • Chapelle St-Vigor ou St-Vigor-de-Justice, près de la cathédrale, deviendra St-Yves, puis fonderie de cloches au 17è siècle. (source).
  • Rue St-Vigor-le-Petit, près de l'église du même nom (source).
  • Fontaine St-Vigor-le-Petit, au pied des remparts et près de l'église du même nom (source).
  • Porte St-Vigor, faisait partie des remparts du vieux Bayeux, destruction généralement admise en 1757 (source). Appelée aussi Notre-Dame ou St-Vigoret (source).
  • Place du Cornet de Saint Vigoret, devant l'église du même nom (source).
Ci-dessous, la liste des documents consultables dans cette page.
Voir la carte situant les différents lieux dédiés à saint Vigor, page annexe.


SAINT-VIGOR-LE-PETIT
(Paroisse Saint Vigor & Porte de Saint Vigor, à Bayeux)
extrait (pages 121,122 et 123) de " Histoire sommaire de la ville de Bayeux "
par Michel BEZIERS, Chanoine du St. Sépulcre & Membre de l'Académie Royale des belles Lettres de Caen.
Édition J. Manoury, père, Libraire rue St. Étienne. 1778

(nota : l'orthographe est reportée in texto.)

« Saint Vigor le petit : cette Paroisse ainsi nommée par différence de Saint Vigor le Grand, autre Paroisse à la Porte de la Ville, est apellée Saint Vigoret dans les actes de 1400 & des année suivantes. Les titres antérieures la désignent sous le nom de Saint Vigor du Pont Notre-Dame, & du Pont Sainte-Marie. Ces dénominations sont prises de la situation vis-à-vis du Pont par lequel on entre dans la Ville de ce côté-là, & du voisinage de l'Église Cathédrale dédié sous le vocable de la Sainte Vierge.
L'Église de Saint Vigor n'a l'air que d'une Chapelle : aussi son territoire est-il d'une fort petite étendue, étant renfermé dans la presqu'isle que forment les deux bras de la rivière d'Aure un peu au dessus de l'Hôtel-Dieu : on y compte 300 communians.
Elle existoit déjà au XIII siècle : il en est fait mention dans un titre de 1274 qui l'apelle Parochia Sti. Vigoris de Ponte Stoe, Marioe in loco qui dicitur Pons Beatoeè Marioe.
Elle fut donnée aux Chanoines réguliers de l'Hôtel-Dieu, qui gouvernerent la Paroisse jusqu'au tems auquel leur succédérent les Prêtres de Saint Lazare, qui en usent de même. Le Supérieur est Curé né de Saint Vigor le petit : il le fait déservir par un Prêtre de sa Congrégation où par un autre à sa volonté.
Voici un fait historique concernant cette Paroisse : Nicolas du Bosc, Évêque de Bayeux, par impétration de la Cour, obtint que ses Vassaux demourans en la Paroisse de Saint Vigoret de Baïex, fussent exempts de la garde & du guet en ladite Ville, sur le prétexte qu'ils étoient sujets à la garde de son Chastel de Neüilly. Ce Prélat étoit pour lors à Paris à la suite de la Cour. Dans assemblée générale des bourgeois tenue au mois de Décembre 1378 devant le Capitaine & le Vicomte de la Ville, on députa Jacques Mosque & Julien de Cantelon, qui allèrent lui demander qu'il lui plust à les laisser venir au guet de ladite Ville. Leus représentations furent écoutées, & l'Évêque consentit à l'effet de leur demande. On voit par la quittance du Procureur-Syndic, du 29 Décembre 1378, que les frais de ce voyage tant pour les députés que pour leurs gens & leurs chevaux, se montèrent à cent sols. »

Une note manuscrite en bas de la page 122 apporte les commentaires suivants :
« Cette église a été achetée par le nommé Debaudre intrus de la paroisse de Saint Exupère qui l'a revendue a un nommé Guilpin, matéreaux au nommé Douesval, ledit Guilpin, a réduit l'église et le cimetière en un jardin qu'il a joint à sa maison. »
Cette annotation est reprise par l'Abbé Jean Marie (" Bayeux ville d'art, les constructions religieuses ", page 193), de la manière suivante : « L'Église fut achetée en 1794 par un nommé Debaudre qui la revendit à un sieur Guilpin. Ce dernier arasa tout, fit un jardin, et vendit les matériaux aux Douesnel. »

Haut de pagehaut page

CROQUIS DU CLOITRE AU XIIe SIECLE
"Bayeux ville d'art, les constructions religieuses (5)" > nota : le chiffre () reporte aux références de bas de page
Croquis page 108 : voir ci-dessous.
Description page 110 : "(...) en se dirigeant vers l'angle des rues du Bienvenu et de la Chaîne on trouve la chapelle St-Vigor, nommée plus tard St-Yves, qui, cédée au Chapitre et tombant en ruines, deviendra au XVIIè siècle la fonderie de cloches."
croquis

Autre source concernant cette chapelle : "Histoire du diocèse de Bayeux, XVIIe et XVIIIe siècle" de l'Abbé J. LAFFETAY(édition 1855)"
page XIX : "Les chapelles de Bayeux étaient...
4e - Saint-Yves, près de l'évêché, appelée aussi Saint-Vigor-de-Justice et Saint-Nicolas"

DESSIN DE 1624
"Bayeux monumental, page 68 (1)", "Bayeux médiéval (2)", "La cathédrale de Bayeux (3)", copie d'un dessin original tiré des Notes Manuscrites du Chanoine Le Mâle. Volume CCXVI. "Cathédrale de Bayeux". Archives départementales du Calvados.
- ce dessin représente une zone à l'intérieur des remparts, entre la cathédrale Notre-Dame et la porte St-Vigor.
- il y est écrit :
« Rue du Chasteau allant à St Vigoret » « Porte de St Vigor »
« fait par moy Rafael Lefrançoys peintre ce présent plan estant sur le lieu sy dans figuré a la requeste de Charles procureur des paroissiens de St Sauveur pour leur valloir et servir qu'il apartiendra, aujourdhui quatriesme jour d'avril mil six cent vingt quatre. Lefrançoys »
- d'après "Bayeux monumental, page 11 (1) la destruction de la porte est datée en 1757.
dessin 1624

Ci-dessous, agrandissement du dessin de la porte.
dessin

PLAN DE 1673
"Bayeux monumental, pages de couverture intérieure (1)", "La cathédrale de Bayeux, pages 24 et 25 (3)"
- ce plan représente l'ancienne cité de Bayeux, avec la dédicace « Dedie a Monseigneur L'Illustrissime et ReuerendiSsime FRANCOIS DE NESMOND Eueque de Bayeux Par Son tres humble Seruiteur F. JOLLAIN 1673 »
- dans les agrandissements, apparaissent la porte St-Vigor et l'église de la paroisse de St-Vigor-le-Petit.
plan

Ci-dessous, agrandissement de la zone détail 1.
zoom

Ci-dessous, agrandissement de la zone détail 2.
zoom

Manuscrit anonyme du 18è siècle
Dessin à la plume représentant l'église de St Vigor le Petit.
"Bayeux au siècle des Lumières (4)"
église

PLAN DE 1780
"Bayeux monumental, page 8 (1)", "Bayeux médiéval (2)"
PLAN Routier de la Ville de BAYEUX et de ses faubourgs levé selon sa situation Année 1780
- dans l'agrandissement apparaît la rue St-Vigor-le-Petit, et selon la table, le repère n°31 correspond à l'église de St-Vigor-le-Petit et le repère n°35 à la fontaine St-Vigor-le-Petit. On peut remarquer que la porte St-Vigor a disparu.
plan

Ci-dessous, agrandissement de la zone détail.
zoom

PLAN DE 1816
"Bayeux au siècle des Lumières (4)"
Plan de Peschet, 1816, page 170.
- extrait du plan : la rue et la Place St Vigoret ainsi que la fontaine subsistent, des parcelles ont remplacé l'église, les remparts ont disparus.
plan


"Bayeux monumental, page 13 (1)"
Un historien du nom de Pluquet a fait mention d'une "Place du Cornet de Saint-Vigoret", devant l'église du même nom.

Références des sources citées :
(1) Bayeux Monumental, de Simone Bertrand et Marc Le Carpentier, Éd. Heimdal (1976)
(2) Bayeux Médiéval, revue HEIMDAL n°15 du Printemps 1975, pages 14 et 17
(3) La Cathédrale de Bayeux, de Gérard Pouchain, Éd. Charles Corlet (1984)
(4) Bayeux au siècle des Lumières, de Christiane Huet, Éd. La Mandragore (2001)
(5) Bayeux ville d'art, les constructions religieuses, de l'Abbé Jean Marie, Éd. Imprimerie Bayeusaine (1968)

Remerciements à jfd pour tous les documents fournis.
© jc Ferrand / jfD, 2005-2007